L’enfer des automobilistes : réponse à Anne Hidalgo

Le 07/02/2017 par

Madame le maire,
Vous nous avez fait l’honneur de lire notre pétition « Arrêtons l’enfer pour les automobilistes ». Vous avez même envoyé une réponse à chacun des milliers de signataires de cette pétition.
Nous vous remercions de l’intérêt que vous portez ainsi à notre action.
Toutefois votre réponse comporte certaines inexactitudes qui méritent d’être rectifiées.

Vous écrivez : « La pollution de l’air, c’est 48.000 morts prématurées par an à l’échelle nationale, selon une étude récente de l’agence Santé publique ». 

Cette étude donne effectivement le chiffre de 48.823 morts prématurées (de moins d’un an en moyenne) qui seraient évitées chaque année s’il n’y avait pas de pollution humaine. Cette hypothèse est évidemment théorique, car il n’est guère réaliste de vouloir vider la France de tous ses habitants.

À juste titre vous considérez que le nombre de particules fines dans l’atmosphère est la composante de la pollution atmosphérique la plus néfaste pour la santé. Or l’étude que vous mentionnez donne le chiffre de 11 morts prématurées par an qui seraient évitées si la valeur maximum de particules fines imposée par une directive européenne pour 2020 était respectée. De 48.000 à 11, la différence n’est pas négligeable !

Cette étude signale aussi que le tabac est responsable de 78.000 décès par an. La différence d’impact sur la santé entre des mesures raisonnables anti-tabac et anti-voiture est donc considérable. Vous écrivez que « les politiques qui n’auront rien fait devront en répondre pénalement devant les tribunaux ». Pour éviter ce risque, il vaudrait sans doute mieux vous battre contre le tabac que contre la voiture.

Le ministère de la Santé écrit aussi : « Les impacts sanitaires de la pollution de l’air restent difficiles à appréhender car les malades et les décès dus à la pollution ne sont pas directement identifiables ». Il faut quand même lutter contre la pollution de l’air. Beaucoup a déjà été fait en France pour la réduire : la moyenne annuelle des émissions de particules fines PM2,5 est passée de 469 kilotonnes en 1991 à 174 kilotonnes en 2015.

Un moyen efficace de continuer à lutter contre la pollution de l’air à Paris serait d’éviter les embouteillages causés par vos interdictions de circuler. Faudra-t-il donc vous faire condamner pénalement par les tribunaux pour que vous renonciez à ces mesures qui accroissent la pollution ?

Vous écrivez : « En zone urbaine toutes les études démontrent que la première responsable c’est la voiture individuelle polluante ».

Une étude faite en Allemagne a montré que les émissions de particules fines par les moteurs représentent dans ce pays 6,82 kilotonnes par an, l’équivalent des particules rejetées par les cigarettes (6,11 kilotonnes), alors que les particules liées à l’abrasion des freins et des pneus représentent 21,61 kilotonnes par an, soit 3,2 fois plus que les moteurs. Les poussières dues au freinage sont donc plus dangereuses que celles des particules issues des pots d’échappement, d’autant plus qu’elles sont constituées de noir de carbone et de métaux lourds hautement toxiques, comme le cuivre ou le cadmium. C’est la raison pour laquelle la pollution aux particules fines est plus importante et nocive dans le métro que dans les rues. Votre combat contre les voitures diesel n’est pas le bon, vous vous trompez de cible.

« Londres a mis en place depuis plusieurs années un péage urbain ».

Vous avez raison de citer cet exemple, qui améliore la fluidité du trafic automobile et diminue la pollution. Mais pourquoi vous êtes-vous opposée à cette solution pour Paris ? Elle est utilisée également avec succès par Singapour, Stockholm, Oslo, Dublin, Milan,  Bergen et Trondheim. Le CESER (Conseil économique, social et environnemental régional) d’Île-de-France a proposé un péage urbain à Paris. Vous devriez suivre son avis et revoir votre position à ce sujet.

« Nous avons automatisé la ligne 1 et sommes en train d’automatiser la ligne 4 du métro, en complément de la ligne 14 ».

Bravo ! Mais en quoi cela concerne-t-il la pollution ? Vous n’êtes pour rien dans ces décisions, qui dépendent de la RATP et du STIF, présidé par Valérie Pécresse. Contrôlez mieux votre désir de promotion personnelle !

Madame le maire, nous maintenons donc notre pétition. Les mesures que vous prenez sont inspirées par une idéologie anti-voiture qui ne tient aucun compte de la réalité. C’est l’idéologie des Verts, élus dont vous avez besoin pour garantir votre majorité au Conseil de Paris. Regardez la réalité de près. Ecoutez vos électeurs. Demandez-leur de donner leur avis sur les sujets importants, et pas seulement sur 5 % des investissements de la ville. Changez de politique.

Veuillez croire, Madame le maire, en l’assurance de toute ma considération.
Alain Mathieu
Président de Contribuables Parisiens et Franciliens

Commetaires

Sondage

Soutenez-vous la candidature de Paris pour les Jeux-Olympiques de 2024 ?

View Results

Loading ... Loading ...
25/04/2017

La dette de Paris s’envole : une bombe à retardement

D’après le budget de la ville pour 2017, le montant de la dett [...]
14/06/2016

La Cour régionale des comptes conteste les finances d’Anne Hidalgo

Dans le langage ampoulé qu’elle affectionne, la Cour régional [...]
19/01/2015

Anne Hidalgo veut créer un mémorial aux victimes de Charlie Hebdo

Anne Hidalgo souhaite créer un mémorial dédié aux victimes de [...]

Sur les réseaux sociaux